En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Optimiser la productivité et l’image de l’entreprise par une démarche de prévention santé

motivation au travail, la motivation des salariés, stress des salariés

La santé et la sécurité au travail (SST) sont des piliers de la qualité de vie professionnelle. La prévention en matière de SST a des conséquences directes sur la productivité, la motivation au travail, l’implication des salariés et l’image de l’entreprise. L’entreprise peut améliorer sa productivité en s’assurant de la sécurité et santé de ses salariés.


La promotion de la santé et la sécurité au travail

 
« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement à une absence de maladie et d’infirmité », selon le préambule de 1946 à la Constitution l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Cette définition qui fait place au ressenti de chacun suppose qu'une personne "peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté".
 
Par conséquent, promouvoir la santé sur le lieu de travail ne consiste pas simplement à respecter les dispositions légales en matière de santé et de sécurité mais suppose également que les employeurs aident activement leurs salariés à améliorer leur état de santé général et leur bien-être.
 
Depuis de nombreuses années, des médecins du travail alertent sur la « souffrance au travail » et le  « risque psychosocial ». On sait aujourd'hui que l'enjeu est loin d'être négligeable: pour le Bureau International du Travail, le coût du stress représenterait 3 à 4 % du Produit intérieur brut.
 
Le désengagement des salariés lié au mal-être au travail aurait coûté 23% de la valeur ajoutée  des entreprises, selon l'étude 2012 du cabinet privé Mozart consulting
Il s’agit pour les entreprises d’une démarche à la fois sociale et économique : car la santé des salariés est une source incontestable d’efficacité dans le travail, et donc de performance individuelle et collective.
 
Les entreprises commencent à réagir de manière très structurée à la question de l’anxiété, du stress ou l’épuisement qui compromettent l’adaptation du salarié à son poste en modifiant sa capacité à produire.

Danone est la première entreprise à signer, en 2011, un accord sur les conditions de travail et le stress. Il repose sur plusieurs principes comme la prise en compte des conséquences des changements d'organisation sur les collaborateurs, la préservation de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée ou le fait d'associer des salariés sur le terrain pour améliorer le bien-être ou la sécurité.

Consacrer du temps et des ressources à la SST est un investissement, et non un coût : les entreprises qui appliquent de meilleures normes de sécurité et de santé au travail ont tendance à être plus performantes.

La mise en place d’action préventives et de sensibilisation au sein de l’entreprise est également un oyen d’améliorer l’image de l’entreprise, notamment auprès des collaborateurs.
 

Les Etats réagissent également

 
En 2008, Nicolas Sarkozy demandait à deux prix Nobel, l'américain Joseph Stiglitz et l'Indien Amartya Sen, d'entreprendre une réflexion pour améliorer le PIB afin qu'il intègre mieux le bien-être.
Cette initiative a donné naissance à un rapport qui fait partie de l’Initiative « vivre mieux » de l’OCDE lancée en mai 2011. Une première tentative pour rassembler des mesures de bien-être comparables au niveau international selon les recommandations du rapport Stiglitz, Sen, Fitoussi.
"Comment va la vie ? Mesurer le bien-être" (OCDE)
examine les aspects les plus importants qui façonnent le bien-être et la vie des gens : le revenu, l'emploi, le logement, la santé, le travail et l'équilibre vie professionnelle-vie privée, les liens sociaux, l'engagement civique et la gouvernance, l'environnement, la sécurité personnelle et le bien-être subjectif.
 
Enfin, au plan européen, l'Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité au Travail définit la responsabilité sociale des entreprises (RSE) comme « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes». Cette responsabilité s’appuie notamment sur un plus grand investissement dans le capital humain et l'environnement. Optimiser la productivité et soigner l’image de l’entreprise est donc possible, au travers d’actions favorables à la qualité de vie au travail. Un système de gestion de la SST contribue à la fois à réduire les risques et les dangers et à accroître la productivité.
 
Pour une entreprise, quelque soit le secteur d’activité, il est important de se préoccuper de la sécurité et de la santé de salariés : cela permet d’optimiser leur productivité.
 

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Dimanche, 28 Juin 2009 00:00
Mis à jour le Samedi, 04 Juillet 2015 08:16
 
 
Passer à l'action
EVALUER
Optimiser la productivité de l'entreprise
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.