En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Comment prévenir le risque routier au travail ?

Prévention du risque routier et des accidents de la route de travail

L’investissement dans la prévention du risque routier a des conséquences positives pour l’entreprise : réduction de l’absentéisme lié aux arrêts de travail, amélioration de l’organisation des déplacements et des transports, augmentation de la productivité, diminution des dépenses (réparation et entretien des véhicules, assurance, etc.).
De nombreux outils existent pour aider les entreprises à mettre en place des actions de prévention adaptées.

La prévention du risque routier vise essentiellement à agir sur les déplacements, les véhicules, les communications et les compétences.
 

Prévention du risque routier : Management des déplacements

La réduction du risque routier implique une amélioration de la gestion et la programmation des déplacements par l’entreprise. (source : Inrs) Les déplacements doivent être préparés en amont : préparation des tournées, choix des itinéraires, appréciation des distances parcourues, respect des temps de pause, etc.

Pour prévenir les risques liés aux déplacements, l’entreprise peut appliquer les conseils suivants :

1. Pour limiter les déplacements :
- avoir recours aux nouvelles technologies (visioconférence, audioconférence, Internet, etc.)
- supprimer les trajets inutiles
- regrouper les rendez-vous ou réunions à l’extérieur.

2. Pour réduire l’exposition aux risques routiers lors des déplacements :
- Préférer les transports collectifs (train ou avion)
- Exiger le respect du Code de la route
- Préparer les déplacements de longues durées (planification, rationalisation)
- Limiter les distances parcourues, en respectant notamment les prescriptions réglementaires des temps de conduite et des temps de pause
- Préférer l’usage de l’autoroute, plus sûre que les voies nationales ou départementales
- Restreindre l’usage des véhicules à deux-roues (moins sécurisants)
- Louer sur place un véhicule (afin de limiter les distances parcourues par les salariés, et ainsi réduire la fatigue et le stress).
 

Prévention du risque routier : management des véhicules

Un véhicule à usage professionnel doit nécessairement être adapté au déplacement et à la mission professionnelle. L’entreprise doit proposer à ses salariés des véhicules dotés des équipements de sécurité (airbags, limiteur de vitesse réglable, système de freinage par assistance électronique, etc.).

Un entretien régulier des véhicules contribue à limiter les risques d’accidents routiers. L’entreprise veille notamment aux points suivants :
- le véhicule est aménagé et équipé en fonction des besoins des personnes et/ou des charges à transporter.
- la partie habitacle de conduite est séparée de la partie utilisée pour le chargement (matériaux, produits, outils).
- le chargement est réparti correctement, en tenant compte des limitations de charges du véhicule. Une surcharge augmente la survenue d’un risque routier.

L’entreprise doit assurer la maintenance des véhicules utilisés par ses salariés (entretien, maintenance, contrôles techniques, etc.). Les salariés doivent signaler tout dysfonctionnement.


Prévention du risque routier : Management des communications lors des déplacements
 

Pour que l’entreprise et ses salariés conducteurs restent en contact, il est important d’instaurer un protocole de communication.
Ce protocole tient compte des besoins de l’entreprise et de la sécurité du salarié. Il doit préciser notamment dans quelles conditions le conducteur peut utiliser son téléphone portable.


L’utilisation du téléphone au volant est interdite : elle déconcentre le conducteur, dont la vigilance est détournée. Téléphoner en conduisant augmente les risques d’accident. Le protocole de communication peut rappeler les risques liés à l’utilisation du téléphone au volant. Il peut par exemple imposer de téléphoner uniquement lorsque le véhicule est arrêté, et préconiser le renvoi automatique des appels. L’entreprise s’assure que les consignes de sécurité définies sont connues de l’ensemble des salariés conducteurs. En l’absence d’un protocole de communication, la responsabilité de l’employeur peut être engagée.



Prévention du risque routier : Management des compétences

L’amélioration de la sécurité des salariés sur les routes passe par la responsabilisation du conducteur (formation et communication). Des sessions de formation régulières permettent d’actualiser les connaissances et les compétences des salariés. Les véhicules professionnels utilisés nécessitent la maîtrise de compétences spécifiques (utilitaires transportant des charges lourdes, camions, etc.).

Les salariés conducteurs (chauffeurs routiers notamment) sont amenés à conduire parfois dans des conditions difficiles (pluie, brouillard, verglas, etc.) : des compétences particulières sont alors indispensables à la sécurité. L’entreprise doit évidemment vérifier la validité des permis de conduire de ses salariés. Des actions de prévention du risque routier, l’alcool, la vitesse, et l’utilisation du téléphone portable au volant sont recommandées.

12 propositions pour réduire le risque trajet domicile-travail – Livre Blanc 2012

  1. Développer la concertation entre toutes les parties prenantes pour mieux prévenir le risque trajet
  2. Intégrer systématiquement les objectifs de sécurité et de santé au travail dans les Plans de déplacement d’entreprise
  3. Aménager l’organisation du travail pour réduire les déplacements et les contraintes horaires
  4. Développer des services pour faciliter les trajets des salariés
  5. Faciliter les possibilités de logement à proximité du lieu de travail
  6. Aider les salariés à mieux organiser leurs trajets
  7. Réduire le risque lié à l’usage du deux-roues motorisé
  8. Favoriser le covoiturage en sécurité
  9. Favoriser un usage du vélo en sécurité
  10. Promouvoir les Plans de déplacement interentreprises (PDIE) dans les zones d’activité économique
  11. Réduire le risque d’accident de trajet lié aux horaires atypiques
  12. Favoriser des trajets plus sûrs pour les salariés à statut précaire.
 

 


Infractions au Code de la route : comment responsabiliser les salariés ?


Vous pouvez user de votre pouvoir disciplinaire, en sanctionnant les infractions au Code de la route commises par les salariés dans l’exercice ou à l’occasion de leurs fonctions. Les sanctions doivent être proportionnées à la faute commise.
Vous pouvez aussi instaurer une incitation financière au respect du Code de la route sous forme de prime individuelle ou collective liée à l’absence ou à la réduction des infractions au Code de la route.
Par contre, il n’est pas possible de retenir le montant de l’amende sur le salaire du salarié responsable de l’infraction. Il n’est pas non plus possible de contourner cette interdiction en insérant, dans le contrat de travail, une clause par laquelle le salarié s’engage à rembourser les contraventions dont il est responsable. Une telle clause serait nulle et non avenue, c’est-à-dire inexistante.
La formation et la prévention sont les meilleurs moyens pour sensibiliser les salariés au respect du Code de la route.

Source : Edition Tissot

 


 

 


 

Écrit par Docteur Vincent bonniol
Créé le Lundi, 19 Janvier 2009 00:00
Mis à jour le Samedi, 04 Juillet 2015 16:13
 
 
Evaluer
EVALUER
Prévention et gestion des risques routiers
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Les bonnes pratiques
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.