En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Absentéisme des salariés en EHPAD, turn-over, etc. : Pourquoi mettre en place une démarche de prévention santé dans les EHPAD ?

Sécurité au travail : une obligation pour l’employeur

La prévention santé dans les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes),et notamment la prévention des risques professionnels constitue un enjeu important en terme de réduction de l’absentéisme et du turn-over, d’amélioration du bien-être des salariés et du confort des résidents.

Cela permet également de répondre aux obligations réglementaires des établissements et des maîtres d’ouvrage mais également de limiter dans une certaine mesure l’absentéisme des salariés dans les EHPAD.


Réduire l’absentéisme et le turn–over des salariés dans les EHPAD
 

Selon le 4ème baromètre de l’absentéisme réalisé en 2012, le secteur de la santé tout confondu a le taux d’absentéisme le plus fort avec 24 jours (6,61 %) pour un taux national de 3,84 %.
Le taux d’absentéisme des salariés en EHPAD est de 32,5 jours en moyenne. 
 
L'absentéisme au travail a des conséquences pour les entreprises : les employeurs doivent assumer les coûts directs et indirects résultant de l’absence d’un salarié.
Le surcoût financier de l’absentéisme est lié notamment : au versement du complément de salaire garanti et indemnités complémentaires, aux coûts d’embauches de travailleurs intérimaires et de remplaçants et aux recours à des contrats de travail à durée déterminée

L'absentéisme au travail est également source de problème dans la gestion du personnel : le recours à des remplacements, des formations supplémentaires, le choix des remplaçants des collaborateurs absents, la gestion administrative des absences sont coûteux.

Mode de calcul du taux d’absentéisme : cet indicateur permet d’estimer l’absentéisme pour arrêts maladie, AT MP, et congés spéciaux (hors congés payés)
 
Nombre total de jours calendaires d’absence des effectifs réels (hors formation)
Nombre d’ETP réel x 365
 
Mode de calcul du taux de renouvellement des personnels sur des emplois réels au cours de l’année : cet indicateur permet d’estimer la stabilité des effectifs CDI ou titulaires ainsi que l’importance du renouvellement des équipes. Ainsi, plus le taux est élevé, plus le renouvellement des équipes a été important au cours de l’année.

Taux d'entrée + Taux de sortie
2
 
• Taux d’entrée : Nombre de recrutements au cours de l’année/Effectifs réels
• Taux de sortie : Nombre de départs dans l’année / Effectifs réels
 
Source : Pilotage et performance ESMS – Guide des indicateurs – projet ANAP 2011

Réduire le coût des cotisations AT/MP

 
Les EHPAD sont regroupés sous le code risque de tarification 853 AA. Les entreprises soumises à une tarification collective ou mixte cotisent à l’assurance maladie risques professionnels en mutualisant les coûts de réparation réels des AT/MP survenus dans le secteur d’activité. En 10 ans, le taux brut a quasiment doublé : 0.66 % en 2001, 1.16 % en 2011.

Bien que soumises à un taux collectif de tarification des AT/MP, la loi de financement de la Sécurité sociale 2010 a renforcé les possibilités pour les Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail (CARSAT) de majorer la cotisation AT/MP des entreprises qui ne prendraient pas les mesures de prévention suffisantes au regard des risques auxquels leurs salariés sont soumis.

 


La prévention santé en EHPAD pour améliorer le bien-être des salariés

Les conditions d'exercice des professions des soignants en EHPAD sont difficiles. A la pénibilité physique due à la manipulation des personnes âgées pour leur hygiène et leur confort, la manutention du linge, la réfection des lits..., s'ajoutent les risques psychosociaux liés au contact avec des personnes en fin de vie, aux agressions verbales ou physiques de personnes souffrant de troubles mentaux ou des membres de leur famille...

Renforcer le confort des usagers

Le choix d’intégrer une maison de retraite ne relève pas toujours du choix de la per­sonne âgée mais d’une nécessité. Ce sont ensuite des personnes dont le niveau de dépendance tend à s’élever. L’acceptation du placement et de la dépendance sont des éléments importants à prendre en compte dans la relation de la personne âgée au personnel soignant. Dans la majeur partie des cas, les personnes âgées vont refuser toute aide et vont ainsi se refermer sur elle-même refusant toute « vie sociale ». Pour pouvoir répondre au mieux aux résidents, les salariés doivent bien connaître les personnes âgées, leur vie précédente, leur rythme et ne pas les mettre inutilement en position de demande en ce qui concerne leur besoin.

Limiter les risques de maltraitance

 
La définition de la Maltraitance est celle du Conseil de l’Europe de 1987, à savoir une violence se caractérisant « par tout acte ou omission commis par une personne s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une autre personne, ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ».

Cette définition est complétée par la classification que le Conseil de l’Europe a établie en 1992 : 
- violences physiques : coups, brûlures, ligotages, soins brusques sans information ou préparation, non-satisfaction des demandes pour des besoins physiologiques, violences sexuelles, meurtres (dont euthanasie) ;
- violences psychiques ou morales : langage irrespectueux ou dévalorisant, absence de considération, chantages, abus d’autorité, comportements d’infantilisation, non-respect de l’intimité, injonctions paradoxales ;
- violences médicales ou médicamenteuses : manque de soins de base, non-information sur les traitements ou les soins, abus de traitements sédatifs ou neuroleptiques, défaut de soins de rééducation, non prise en compte de la douleur…
- négligences actives : toutes formes de sévices, abus, abandons, manquements pratiqués avec la conscience de nuire ;
- négligences passives : négligences relevant de l’ignorance, de l’inattention de l’entourage ;
- privation ou violation de droits : limitation de la liberté de la personne, privation de l’exercice des droits civiques, d’une pratique religieuse ;
- violences matérielles et financières : vols, exigence de pourboires, escroqueries diverses, locaux inadaptés.
 
Les établissements et le personnel ont une obligation de prévention des risques de maltraitance, axe incontournable de l’évaluation interne et externe et de mise en place de bonnes pratiques de bientraitance, selon les recommandations de l’Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et servioces sociaux et médico-sociaux (Anesm). Celles-ci délimitent un champ de questionnement, très large de la bientraitance, allant des pratiques individuelles aux fonctionnements des établissements.
Elles définissent également la responsabilité des directions et de l’encadrement en la matière.

Le risque de dérapage et/ou de suspicion de maltraitance constitue aujourd’hui un risque professionnel à part entière. Les EHPAD doivent respecter la Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante.
 

Des enjeux importants pour les établissements 

Compte tenu de toutes ces contraintes et évolutions, l’évaluation et la prévention des risques professionnels comportent plusieurs enjeux, essentiels à la vie des structures :
 
- Des enjeux humains : santé physique et mentale des salariés, bien-être des salariés, respect des valeurs de l’économie sociale, dialogue social, prévention de la pénibilité et de l’usure au travail, prévention des risques de maltraitance , confort des résidents  …
 
- Des enjeux liés à l’organisation du travail : coopération dans le travail, turn-over, absentéisme,  conflits, violence au travail…
 
- Des enjeux économiques : absentéisme des salariés des EHPAD, arrêt maladie, accidents du travail, productivité, habilitation / certification des établissements …
 
- Des enjeux réglementaires
 
La prévention santé dans les EHPAD est donc essentielle tant pour les salariés que pour le bien-être des personnes âgées dont ces professionnel s’occupent au quotidien.

 

Écrit par Uni Santé - Docteur Vincent Bonniol
Créé le Lundi, 17 Septembre 2012 11:09
Mis à jour le Dimanche, 05 Juillet 2015 15:34