En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Bien-être des salariés au travail : chiffres clés et statistiques

Les sondages sont formels : les conditions de travail se dégradent et le mal-être est grandissant chez les salariés.
Le bien-être au travail est pourtant essentiel à la bonne marche de l’entreprise. Le préserver doit donc faire partie des priorités de l’employeur.

 


Bien-être des salariés au travail : chiffres clés et statistiques

 

En France, le bien-être des salariés se dégrade. De plus en plus d'études sur le bien-être des salariés le démontrent :
 
Selon le rapport Comment va la vie ? Mesurer le bien-être publié en novembre 2013 par l'OCDE :
  • En 2010, 33% des salariés français déclaraient travailler dans un mauvais environnement de travail, la part la plus élevée au sein des pays européens. L’analyse montre que de mauvaises conditions de travail nuisent à la santé mentale et physique des travailleurs.
  • Le Désengagement des salariés lié au Mal-Être au Travail a coûté 23% de la Valeur Ajoutée des entreprises, selon l’indice de bien-être au travail (IBET) calculé par le cabinet Mozart Consulting
    L’IBET est un indice socio-économique variant de 0 à 1 pour sa valeur maximum, traduisant la meilleure performance socio-organisationnelle. Le Bien-être au Travail socio-organisationnel, signe de l’Engagement des salariés, se situe à un IBET ≥ 0,85
  • Le secteur « Industrie » se distingue par un IBET de 0.86. A noter que les filières « Energie/Environnement et Télécom » ainsi que les « Activités de Finances et Assurances » se caractérisent par un IBET situé en « Bonne Pratique ». A l’inverse, les activités des « Services aux Entreprises » sont les plus dégradées avec un Taux de Mal Etre au Travail (TMT), calculé à partir données de l’absentéisme (journées non travaillés pour accidents du travail ou maladies professionnelles) et le nombre de départs forcés (démissions, licenciements non économiques, ruptures conventionnelles, mobilité forcée)  équivalent à 29%, dû essentiellement au Taux de Sorties Forcées (Tsf).
     
  • Le coût de l’absentéisme dû au mal-être au travail est de 3 500 € par salarié et par an, soit 7% de la masse salariale en France  
  • Le niveau de bien-être est perçu comme satisfaisant pour 64% des français, mais 45% d’entre eux considèrent qu’il s’est dégradé au cours des 6 derniers mois (59% dans les entreprises de plus de 500 personnes)
     
  • 33% des salariés estiment que leur travail peut provoquer de graves problèmes psychologiques, et une majorité d’entre eux (54%) ne saurait pas vers qui se tourner pour avoir de l’aide
     
  • 88% des personnes interrogées jugent le sujet du bien-être au travail important
     
  • 42% estiment que leur performance est affectée par le manque de bien-être
Selon l’étude Samotrace – Volet “Épidémiologie en entreprise – InVS – 2007
  • 24 % des hommes et 37 % des femmes souffrent de mal-être au travail
  • Chez les hommes, le mal-être est plus prononcé dans les secteurs des activités financières (28%), de la production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau (28%), de l'administration publique (27%), de la santé et de l'action sociale (26%) 
  • Les femmes les plus concernées par le mal-être se retrouvent, elles, dans le secteur de la production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau (45%), de l'administration publique (43%), des activités financières (42%) et des services collectifs, sociaux et personnels (40%)
  • 57% des salariés estiment que les actions mises en oeuvre dans leur entreprise en faveur du bien-être sont insuffisantes (5)

Le bien-être au travail pris en considération
 

Face au mal-être croissant des salariés ces dernières années, de nombreuses initiatives ont été prises pour promouvoir le bien-être au travail des salariés au travail :
  • Les partenaires sociaux ont conclu :

- un accord sur le stress au travail en juillet 2008
- un accord sur le harcèlement et la violence au travail en mars 2010.

  • Le Gouvernement :
- a lancé un plan d’urgence pour la prévention du stress au travail en octobre 2009
- a signé un accord sur la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique en novembre 2009
- a mis en place le 2ème plan Santé au travail qui couvre la période 2010-2014. Ce plan fait de la prévention des risques psychosociaux un de ses axes majeurs.
- après que des drames se soient produits, certains employeurs (privés ou publics) ont également pris des initiatives de prévention.
 

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Samedi, 19 Février 2011 14:49
Mis à jour le Samedi, 04 Juillet 2015 14:40
 
 
Evaluer
EVALUER
Fait-il bon vivre dans votre entreprise ?
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Des mesures simples pour le bien-être de vos salariés
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.