En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Ergonomie et prévention des risques professionnels : un enjeu majeur

Parce qu’aujourd’hui, plus de 20 % des salariés en France souffrent de Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), l’ergonomie des postes de travail est devenu est enjeu majeur pour toute entreprise. L’ergonomie s’attache à analyser les situations de travail dans leur globalité ainsi que l’activité réelle de travail. Elle permet d’adapter le travail et les équipements ou leurs interfaces à l’Homme.

Les objectifs de l’ergonomie en entreprise
 

Les définitions de l’ergonomie mettent en avant deux objectifs fondamentaux :

- d'une part le confort et la santé des utilisateurs : il s'agit de prévenir les risques (accidents, maladies), de minimiser la fatigue (liée au métabolisme de l’organisme, à la sollicitation des muscles et des articulations, au traitement de l’information, à la vigilance), de créer les conditions d’un travail satisfaisant ;

- d'autre part l'efficacité : l'efficacité pour l'organisation se mesure sous différentes dimensions (productivité, qualité, fiabilité). Cette efficacité est dépendante de l'efficacité humaine : en conséquence, l'ergonome vise à identifier les logiques des opérateurs et à concevoir des systèmes adaptés.

Peuvent être concernés par une adaptation ergonomique :
- les espaces physiques de travail (postes de contrôle, chaînes de production),
- des éléments de ces espaces (synoptiques, contrôles-commandes),
- des processus de gestion de la production,
- des interfaces professionnelles ou grand public (dites «interface homme-machine »), telles que des logiciels , des sites Internet et Intranet,
- l’organisation du travail (rotation des horaires, organisation des services) ainsi que des modes de management.

Il existe des solutions pratiques aux problèmes d'ergonomie au travail. Parfois peu coûteuses et efficaces, ces solutions réalistes peuvent s’appliquer facilement, pour un meilleur cadre de travail et une productivité accrue. Ces solutions passent notamment par l'aménagement de postes de travail, par l'utilisation de techniques de manutention, par des installations adaptées aux employés et des méthodes de travail ergonomiques.
 


Quelques chiffres clés sur l'ergonomie au travail

Les accidents du travail : En 2012 les accidents du travail avec arrêt s’établissent au nombre de 640 891, en baisse de -4.3 %. L'indice de fréquence (IF) des accidents du travail (AT) atteint le niveau historiquement bas de 35 AT avec arrêt pour 1 000 salariés. Après un fléchissement ces dernières années, la fréquence des AT poursuit donc sa décroissance. (1)

Le nombre de journées d’arrêts de travail diminue en 2012 (– 1,3 %) à l’instar des incapacités permanentes (- 2,1 %), dont le nombre continue de décroître depuis plus de 5 ans. Enfin, les décès consécutifs à un accident du travail ne diminuent pas et restent dans la tranche des 500-600 cas annuels, comme c’est le cas depuis au moins 5 ans.

Les maladies professionnelles : Les maladies professionnelles dénombrées désormais par syndromes sont au nombre de 54 015 cas en baisse de -1.9 %. Les accidents de trajet au nombre de 90 092 marquent un recul de -9.9 %. (1)

Les troubles musculo-squelettiques : Les affections périarticulaires qui avec 42 148 cas représentent toujours 78 % des maladies professionnelles reculent de 1 211 cas. Cette baisse est surtout sensible s’agissant des syndromes de l’épaule. Les affections chroniques du rachis lombaire dues aux charges lourdes augmentent à 3 208 cas. (1)

Selon l'observatoire de la qualité de vie au bureau réalisé par Actinéo,  le lien est désormais clairement établi par les actifs entre aménagement de l’espace et santé physique; les douleurs lombaires, ophtalmiques, à la nuque et à la tête concernant 1 actif sur 3. Or près de 2 actifs sur 5 estiment que leur entreprise n’accorde pas assez d’importance à l’aménagement de l’espace. (2)

Les contraintes physiques en 2010

- 40 % des salariés étaient soumis à au moins une contrainte physique intense  dans leur travail
- 23% des salariés restent 20 heures ou plus par semaine devant un écran 
- 6% des salariés réalisent de la manutention manuelle de charges 20 heures ou plus par semaine
- Rester debout ou piétiner 20 heures ou plus par semaine dans son travail concerne 24 % des salariés
- 21 % des salariés sont exposés aux autres contraintes posturales (position à genou, accroupi, en torsion, maintien du bras en l’air…, 2 heures ou plus par semaine)



(1) : Assurance Maladies – chiffres 2012

(2) : Obseravtoire 2013 de la qualité de vie au bureau - Actinéo

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Samedi, 03 Janvier 2009 00:00
Mis à jour le Mercredi, 27 Novembre 2013 14:00
 
 
Evaluer
EVALUER
Ergonomie : le point sur votre entreprise
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Améliorer les conditions de travail
Cliquez ici
Atelier
Conférences et Ateliers
Gestes et postures au travail
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.