En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

L’ergonomie : un principe de prévention des risques professionnels

Mettre en place une démarche ergonomique répond à des obligations légales. L’article L.4121-1 du Code du travail stipule que l’employeur est tenu vis-à-vis des salariés d’une obligation générale de sécurité : "L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs". Il est également tenu à une obligation de résultat (art 1147 du code civil et arrêts du 28 février 2002).

Quand et comment mettre en place une démarche ergonomique ?
 

Une démarche ergonomique peut répondre aux questions d’organisation des locaux dès la conception, lors de la construction, de la rénovation ou même de l’agrandissement d’un établissement. Dans ce cadre, on parle d’ergo-conception.
Une démarche ergonomique peut également résoudre le dysfonctionnement des situations de travail, les problématiques liées à la sécurité ou à l’organisation générale, on parle alors d’ergo-management.
 
L’ergonomie concerne tous les sujets relatifs à l’activité :
- La conception des postes de travail, en tenant compte des normes anthropométriques
- Les postures de travail (quelles sont celles qui peuvent être facteur de TMS, d’accident du travail…) 
- La manutention de charge (comment limiter la pénibilité au travail et son impact sur la santé des salariés ?)
- Les zones de circulation (sont-elles suffisamment larges ? suffisamment anti-dérapantes ?)
- L’ambiance thermique, sonore, lumineuse (est-elle adaptée à l’activité de travail à réaliser ?)
- Les modes de communication et l’organisation 
- Les sources de stress …
 
Les méthodes utilisées pour la mise en place d’une démarche ergonomique sont notamment :
- l'analyse du travail par observations, mesures et entretiens avec les salariés
- l'utilisation des connaissances du fonctionnement de l'homme au travail et du fonctionnement de l'opérateur en action :  analyse entre l'activité réelle et l'activité demandée
- l'interprétation des données
- les propositions d'actions.
 

Travail sur écran : des conseils simples

 

1. L’aménagement du poste de travail


- L'aménagement optimal du poste de travail est celui qui permet une posture adéquate, à savoir :
  • Les pieds reposant à plat sur le sol ou sur un repose-pieds,
  • L'angle du coude droit ou légèrement obtus,
  • Les avant-bras proches du corps,
  • La main dans le prolongement de l'avant-bras,
  • Le dos droit ou légèrement en arrière, soutenu par le dossier.
- L'écran doit être orientable en hauteur et latéralement. Placer les écrans perpendiculairement aux fenêtres est préférable.

- Pour un affichage optimal, l’écran ne doit pas présenter de reflets, l’image doit être stable et les caractères nets. Un affichage sur fond clair est recommandé.

- Le haut de l’écran doit se situer au niveau des yeux.

- Le travail sur écran nécessite un éclairage spécifique. Il est conseillé d'observer les éclairages naturels et artificiels et de les moduler pour éviter les éblouissements et les reflets.

- Prévoir pour les personnes consultant souvent des documents papier une lampe d'appoint. - Lorsque l’opérateur travaille à partir de documents papier, un porte-document est utile.

- Régler la position du porte-document, de la lampe de bureau et des autres éléments de sorte que l’opérateur voit clairement et travaille confortablement.

- Le siège ou fauteuil doit avoir une assise réglable en hauteur (42 à 55 cm), disposer d’un dossier ajustable et inclinable maintenant tout le dos, et d’accoudoirs, si possibles réglables en hauteur.est équipé d’accoudoirs, si possibles réglables en hauteur. 

- Le travail sur écran nécessite un éclairage spécifique. Il est conseillé d'observer les éclairages naturels et artificiels et de les moduler pour éviter les éblouissements et les reflets. Prévoir une lampe d'appoint pour les personnes consultant souvent des documents papier.

- Le plan de travail doit être réglable en hauteur, sinon prévoir un repose-pieds.

- Le clavier devra se situer en face de l'opérateur.

- La taille et la forme de la souris doivent être adaptées à celle de la main et à la latéralité de l'opérateur : la souris doit se situer dans le prolongement de l’épaule, l’avant-bras étant appuyé sur la table.
 

Une solution novatrice : Le bureau à hauteur variable

Selon le Centre canadien d’hygiène et sécurité au travail , pouvoir alterner la position assise et la position debout limite l’inconfort et prévient les TMS.
Au Danemark, par exemple, 95% des bureaux sont à hauteur variable. Désormais ces bureaux à hauteur variable sont disponibles sur le marché français : le réglage électrique permet de faire varier la hauteur sur 65 cm, donc de passer très facilement et en silence de la position assise à la position debout..

 


2. L’aménagement du temps de travail

Pour éviter les gênes occasionnées par le travail sur écran, il est conseillé de faire régulièrement une interruption avec changement d'activité :
- Aménager une pause d’au moins 5 min toutes les heures si la tâche est intensive ou bien d'un quart d'heure toutes les 2 heures si la tâche l’est moins. Bouger pendant les pauses.
- Quitter l’écran des yeux pour regarder au loin de temps en temps constitue une pause pour la vision.

En savoir plus : fiches pratiques INRS
- Conception des machines et ergonomie : une démarche pour réussir l'intégration des exigences du travail
- L'aménagement des bureaux. Principales données ergonomiques



Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Dimanche, 11 Janvier 2009 00:00
Mis à jour le Mercredi, 10 Août 2016 09:04
 
 
Evaluer
EVALUER
Ergonomie : le point sur votre entreprise
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Améliorer les conditions de travail
Cliquez ici
Atelier
Conférences et Ateliers
Gestes et postures au travail
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.