En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Conseils nutrition, temps de pause et régularité des repas : comment agir ?

Les lieux de travail et les locaux de restauration collective représentent des cadres privilégiés pour mener des actions de prévention et d’information relatives à l’équilibre alimentaire. Les médecins du travail peuvent être associés à cette démarche pour analyser la situation de l’entreprise et proposer des solutions.

 

 

 


Conseils nutrition pour améliorer l’alimentation sur le lieu de travail
 

Une action de sensibilisation à l’hygiène alimentaire et de conseil en nutrition, menée auprès des salariés de l’entreprise :

- S’appuie sur une information et une communication pertinente et claire. Des outils spécifiques sur le thème de la nutrition au travail peuvent être développés : des outils créés dans le cadre du Plan national nutrition santé (PNNS) sont à disposition. L’information ou la formation délivrée repose sur les groupes d’aliments, la santé, les idées fausses, l’importance de l’activité physique, la gestion des apports alimentaires sur la journée, etc.
- Prend en compte les ressources à disposition des salariés (locaux, matériel, réfectoire, horaires, etc.).
- Doit proposer des mesures faciles à appliquer : la modification des comportements alimentaires et les changements d’habitudes s’effectuent sur le long terme.
- Ne doit pas inciter à faire des régimes stricts mais à améliorer ses apports nutritionnels et à encourager l’adoption d’habitudes de vie saines (un régime doit faire l’objet d’un suivi individuel avec l’aide d’un professionnel comme un nutritionniste ou un diététicien, etc.).
- Veille à ne pas être culpabilisante, ni discriminante (notamment envers les personnes en surpoids). L’entreprise doit fournir un cadre de travail et une offre alimentaire favorables à l’hygiène nutritionnelle des salariés.

L’entreprise peut notamment agir sur les éléments suivants afin d'améliorer l'alimentation des salariés :
- Les lieux de restauration collective (ou restaurants d’entreprise, cantines, cafétérias et réfectoires) : ces lieux de restauration doivent permettre de choisir des menus équilibrés et proposer des alternatives aux boissons sucrées (sodas, etc.). La provenance des aliments doit être connue (notamment pour les viandes et poissons). La durée d’attente pour être servi est de préférence courte. Le lieu doit être suffisamment calme pour se restaurer ou faire une pause en toute tranquillité. L’aménagement intérieur, les équipements et l’agencement permettent de s’alimenter dans un cadre agréable (espace entre les tables, décoration, poubelles de tri, etc.).

- Les espaces de restauration : si l’entreprise ne dispose pas d’un restaurant d’entreprise ou d’une cantine, les salariés devraient pouvoir se restaurer sur place dans un endroit dédié, agréable et calme, éloigné des postes de travail. Lorsque les salariés apportent leur repas sur le lieu de travail, ils doivent disposer d’un moyen pour le réchauffer (four, micro-onde, etc.) et d’une source d’eau potable réfrigérée.

- Les participations financières (titre restaurant, chèque repas, ticket repas, ticket déjeuner, etc) : la participation aux dépenses alimentaires de la vie courante avec les titres d’alimentation est favorable pour l’entreprise et ses salariés. L’étude du BIT (l’alimentation au travail) souligne l’intérêt de ces contributions pour la santé des travailleurs.

- Les distributeurs automatiques fournissent de nombreux encas voire des repas : les choix des produits proposés dans un distributeur automatique sont aujourd’hui très étendus (café, confiseries, boissons fraiches, sandwichs, plats cuisinés). Mais l’équilibre nutritionnel n’est pas toujours garanti par ces machines. L’entreprise doit donc choisir judicieusement les produits des distributeurs mis à disposition des salariés, opter pour un approvisionnement en produits de qualité, afin d’être en cohérence avec une démarche d’amélioration de leur alimentation. Il ne s’agit donc pas de proposer des distributeurs automatiques garnis de friandises et autres sucreries. Au contraire, les distributeurs peuvent être un moyen de sensibiliser les salariés à l’hygiène alimentaire :
- Préférer des distributeurs de boissons chaudes et froides limitées en sucre (ou prévoir une fonction supplémentaire pour un ajout de sucre). La diversité des boissons proposées aux employés est importante : café, thé, chocolats chauds ou encore soupes.
- Distribuer des fruits frais, préférables pour les collations des salariés. Plus l’équipement sera fonctionnel et simple d'utilisation, plus les salariés auront plaisir à consommer les produits.
A noter également que les distributeurs représentent souvent des espaces de convivialité et de détente appréciés. L’entreprise peut profiter des espaces distributeurs pour rappeler les principales recommandations nutritionnelles (affiches sur la machine, dépliants, etc.).

- Les fontaines à eau : elles favorisent l’hydratation régulière sur le lieu de travail grâce à leur utilisation pratique (gobelet jetable, choix de la température de l’eau, etc.). En cas de chaleur (période estivale, bureaux surchauffés, etc.), les fontaines sont particulièrement utilisées et appréciées des salariés.


Conseils nutrition et alimentation pour les salariés
 

Concernant les comportements alimentaires à adopter au travail, l’entreprise peut conseiller à ses salariés de :
- Conserver un rythme de 3 repas par jour (l’absence d’un repas favorise la consommation de produits caloriques tels que les friandises et le grignotage).
- Manger à la cantine ou au restaurant d’entreprise si possible : l’entreprise veille à proposer des plats variés et équilibrés, propices à l’équilibre alimentaire des salariés.
- (ou) Préférer un repas complet préparé au domicile personnel, à la consommation d’un plat cuisiné ou acheté en fast-food. Veillez au mode de conservation (réfrigéré, etc.).
- (ou) Opter pour un sandwich et/ou une salade composée acheté(s) en boulangerie (plutôt qu’un hamburger, etc.) lorsque le repas est acheté à l’extérieur (de préférence à base de pain complet, de protéines tel que le poulet ou du jambon, de crudités, limité en mayonnaise).
- Privilégier les fruits, les céréales et les laitages (yaourt) en cas de collation, plutôt que les produits caloriques salés ou sucrés (chips, bonbons, sodas).
- Boire de l’eau à des intervalles réguliers. Boire pendant les repas pour faciliter la digestion.
- Préférer l’eau (notamment si une fontaine est mise à disposition) aux boissons sucrées (sodas, jus de fruits, etc.).
- Limiter la consommation de caféine.

 

  

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Dimanche, 21 Juin 2009 00:00
Mis à jour le Jeudi, 05 Juillet 2012 12:52
 
 
Evaluer
EVALUER
Prenez-vous en compte l'équilibre nutritionnel de vos salariés ?
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Promouvoir l'équilibre alimentaire au travail
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.