En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Les risques sur la santé du bruit au travail : les surdités professionnelles

Surdité professionnelle :  risques sur la santé du bruit au travail

L’excès de bruit peut avoir des effets néfastes sur les organes de l’audition, ainsi que sur l’ensemble de l’organisme.

Le bruit est à l’origine de déficits auditifs et de surdité professionnelle irréversible. Il peut également perturber le sommeil, le comportement, la communication, et provoquer des problèmes cardio-vasculaires et psychophysiologiques.

 
Dans le milieu professionnel, il peut compromettre la qualité du travail, susciter des réactions d’hostilité et engendrer des changements du comportement social (incapacité à entendre dans des circonstances normales, gêne handicapante, retrait social, etc.).


Les risques sur la santé du bruit au travail : les surdités professionnelles 

L’audition implique trois éléments : un phénomène physique (le son), un récepteur (l’oreille) et un système de traitement de l’information (le cerveau).

Les risques sur la santé liés au bruit dépendent de l’intensité sonore, de la durée d’exposition et de la fréquence du son. Pour une journée de travail (8 heures), l'ouïe est mise en danger à partir de 80 dB(A). Si le niveau de bruit est supérieur, l'exposition doit être de plus courte durée. Lorsque le niveau de bruit est extrêmement élevé (supérieur à 135 dB(A)), toute exposition, même de très courte durée est dangereuse. Il est nécessaire d’adopter un comportement préventif dès que l’exposition au bruit dépasse les 85 décibels afin de limiter les risques de surdités professionnelles.

Les diifférents stades de surfdité 
Surdité légère
 
La personne ne se rend pas compte de sa perte auditive car les fréquences de la parole sont peu touchées.
Surdité moyenne
Les fréquences aiguës de la conversation sont touchées, la personne ne comprend plus distinctement ce qui se dit.
Surdité profonde et irréversible 
La personne n’entend plus, ou très peu, ce qui se dit.

Les seuils de danger 
Seuils Symptômes
En dessous de 80 dB (A)80 Fatigue, stress, anxiété, troubles de l’attention, troubles du sommeil, troubles cardiovasculaires, hypertension…
Le bruit peut également perturber la communication, gêner la concentration, détourner l’attention… et conduire à des accidents du travail
Au-dessus de 80 dB (A) Acouphènes, bourdonnements, sifflements d’oreille ainsi qu’une baisse temporaire de l’audition.
Cette fatigue auditive est réversible et peut disparaître en quelques jours ou quelques semaines à condition de ne pas être de nouveau exposé au bruit durant cette période.
À partir de 140 dB (C) Surdité brutale, totale ou partielle, réversible ou non.
A noter qu’une surdité professionnelle peut parfois être provoquée ou aggravée par l’utilisation de produits chimiques ototoxiques (solvants tel que le styrène, monoxyde de carbone, acide cyanhydrique, etc.)

La surdité peut être reconnue comme maladie professionnelle selon les critères médicaux, professionnels et administratifs stipulés dans le tableau 42 des maladies professionnelles du régime général et le tableau 46 du régime agricole. 
 

Les risques sur la santé du bruit au travail : les accidents du travail
 

Le bruit au travail ne se réduit pas à ses effets auditifs. Il favorise également la survenue d’accidents dans le cadre professionnel. En effet, le bruit perturbe la communication et l’écoute (mauvaise transmission des informations, incompréhension des instructions) ; il peut couvrir les signaux d’alerte sonore (déclenchement d’une alarme, signaux sonores des machines, avertisseurs de recul d’un véhicule, etc.).

Le risque d’accident dû au bruit est multiplié par les effets du bruit sur l’attention (incapacité à se concentrer, fatigue auditive, diminution de la vigilance, risque d’erreur, baisse de l'adaptation aux tâches à exécution rapide...
Le bruit influence aussi la performance des travailleurs dans les tâches cognitives ou intellectuelles (mémoire, réflexion, etc.).


Les risques sur la santé du bruit au travail : le stress
 

Le stress est lié aux contraintes et agressions subies par l’organisme : chaque individu réagit différemment aux facteurs de stress. L’exposition au bruit entraîne une modification de la sécrétion des hormones liées au stress (adrénaline et noradrénaline). Chez les personnes présentant un état anxieux ou dépressif, les nuisances sonores peuvent amplifier et aggraver des symptômes préexistants de stress.

Le bruit chronique est source d’insatisfaction au travail, et favorise ainsi les troubles de l’humeur tels que des changements de comportement, une irritabilité, une agressivité, une anxiété. Facteur de stress, le bruit affecte les conditions de réalisation du travail, favorise un état de fatigue physique et morale, dégrade les capacités du salarié, et peut aboutir à un état de stress important ou burn-out (épuisement professionnel).

Le stress provoqué par le bruit au travail est associé dans certains cas à des troubles du sommeil. En effet, l’exposition au bruit durant les heures de travail influence négativement la qualité du sommeil (durée d’endormissement plus longue, réveils nocturnes, fatigue accrue nécessitant des heures de sommeil supplémentaires, modifications des rythmes biologiques, durée des cycles)..

 

 

 

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Mardi, 28 Avril 2009 00:00
Mis à jour le Dimanche, 24 Juin 2012 14:02
 
 
Evaluer
EVALUER
Votre entreprise et la prévention du bruit
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Prévenir le bruit dans votre entreprise
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.