En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Les risques de la chaleur au travail sur la santé et les moyens de prévention

Le corps peut lutter contre la chaleur par trois mécanismes : la vasodilatation, la sudation et l’adaptation à la chaleur. Le corps peut en effet s’habituer à une nouvelle ambiance thermique grâce au phénomène de l’acclimatement : l’acclimatement à la chaleur est généralement complet au bout de 6 ou 7 jours d’exposition.

 
 
L’employeur doit prendre en considération ce phénomène pour répartir la charge de travail des travailleurs nouvellement exposés : dans des conditions de chaleur extrême, les tâches confiées augmenteront graduellement durant la phase d’acclimatement.
Plusieurs facteurs sont susceptibles d’accroître lesrisques sur la santé pour les travailleurs exposés à la chaleur : le secteur d’activité, certains facteurs individuels, la charge physique au poste de travail. Les réactions à la chaleur varient selon les individus, selon la facilité d’acclimatation, l'état de santé, l’état physiologie (obésité, grossesse), les antécédents médicaux, les prises de médicaments (antidépresseurs tricycliques, hormones thyroïdiennes, diurétiques, etc.) et de certains produits (alcool, drogue), ainsi que l’habillement. 
 

Risques sur la santé de la chaleur au travail
 

Les risques sur la santé de la chaleur augmentent lors d’une activité physique, qui produit de la chaleur supplémentaire à éliminer. Quand la température ambiante dépasse les 30 degrés C, il peut y avoir altération des performances mentales. 

Des températures élevées peuvent être à l’origine de divers symptômes :
- Réduction des capacités sensorielles et motrices, altération du fonctionnement du système nerveux central et des performances mentales: vertiges, malaises (ou syncopes), étourdissements, nausées, maux de tête, irritabilité, troubles de la vue, œdème de chaleur
- Réchauffement entraînant une diminution de l’agilité, de la vigilance, de la concentration (liés à l’inconfort thermique)
- Fatigue, atonie, désorientation.

Les risques de survenue d’un accident alors sont accrus (crampes musculaires, brûlures au contact accidentel de surfaces chaudes, accidents liés à la transpiration des mains moites, etc.) 

L’astreinte thermique des salariés exposés à la chaleur se traduit principalement par un réchauffement plus ou moins rapide du corps. Lorsque la température ambiante augmente, la température du corps tend à augmenter également. L'organisme peut réagir et s'adapter aux conditions de chaleur et d'humidité afin de maintenir sa température interne constante : le débit sanguin périphérique s’accroit et la sudation est plus importante. Il évacue ainsi la chaleur vers l'environnement, afin de compenser l'apport de chaleur ambiante. Si les contraintes thermiques sont trop importantes, le corps et son système de thermorégulation sont débordés et ne peuvent plus maintenir seuls la température constante : dans ce cas, les conséquences pour la santé peuvent être nombreuseset parfois très graves.

Les risques sur la santé de la chaleur au travail : les pathologies aiguës
- Coup de chaleur, Hyperthermie : augmentation de la température corporelle. Le corps lutte contre l’hyperthermie à l’aide de trois mécanismes : la vasodilatation, la sudation et l’adaptation à la chaleur. Les risques de la chaleur sont augmentés avec la fatigue, le manque de sommeil, certaines machines générant de la chaleur, une tenue de travail épaisse, une activité physique importante.
- Déshydratation : sudation trop importante (déficit en eau et en sels consécutifs à une transpiration excessive.)
- Brûlure : échauffement local excessif (mains, pieds), problèmes oculaires (si les yeux ne sont pas protégés du soleil).

Les risques sur la santé de la chaleur  au travail : les troubles chroniques ou latents favorisés
- Digestifs : affections gastrique et duodénales (la chaleur perturbe le transit intestinal)
- Cutanés : anhidrose (absence de transpiration), rougeur
- Cardio-vasculaire : accélération du rythme cardiaque, infarctus du myocarde (vasodilatation et augmentation de la pression artérielle, hémoconcentration et effet thrombogénique, pouvant perturber le muscle cardiaque).
 

Les principales mesures de prévention de la chaleur au travail
 

Lorsque les travailleurs sont exposés à des températures particulièrement élevées voire à des chaleurs caniculaires, l’importance de mettre en place des mesures préventives visant à agir sur le comportement est essentielle : l’information et la formation auprès des salariés sur les risques encourus sont nécessaires.

Pour prévenir les risques liés à de fortes chaleurs, l’entreprise peut agir sur plusieurs éléments (conseils issus des recommandations de l’Inrs).

Les locaux de travail :
La réglementation précise que les équipements et caractéristiques des locaux de travail sont conçus de manière à permettre l'adaptation de la température à l'organisme humain pendant le temps de travail, compte tenu des méthodes de travail et des contraintes physiques supportées par les travailleurs (article R4213-7 ).
- Isoler les locaux et les postes de travail exposés à la chaleur (stores, volets, film antisolaire, etc.).
- Installer des fontaines de rafraîchissement collectives.- Prévoir des adaptations techniques permettant de limiter les effets de la chaleur (films anti-solaires sur les parois vitrées, humidificateur et tour aéroréfrigérante des systèmes de climatisation, etc.)
- Réduire la température ambiante ; augmenter la vitesse de circulation de l'air si la température de l'air est inférieure à 35ºC ; augmenter la ventilation ; aménager des cabines climatisées.
- Rafraîchir à l’aide de différents moyens l’ambiance thermique dans les bureaux, ateliers, etc. (humidificateurs, brumisateurs, ventilateurs d’appoint extracteurs de chaleur etc.).
A noter qu’au-delà de 33°C, un ventilateur brasse un air chaud, qui augmente au contraire l’inconfort et la température radiante.
- Mettre en place d’un dispositif d’arrosage (toiture, etc.) afin d’abaisser la température externe des parois et la température interne des locaux.
- Installer et isoler (dans un local réservé et ventilé par exemple), les équipements autonomes dégageant beaucoup de chaleur (four de cuisson, etc.).
- Calorifugeage des canalisations ou des parois chaudes.
- Choix de couleurs des parois (écrans, encoffrement,…) : blanc ou aluminisé sur toute face devant réfléchir un rayonnement thermique.
- Respecter la réglementation en vigueur, relatives aux caractéristiques des bâtiments et locaux de travail.
- Afficher la signalisation réglementaire et spécifique (port des EPI, panneau d’avertissement « haute température, source de rayonnement, etc.).

Les sources de chaleur et les procédés utilisés :
- Adapter les différents procédés mis en œuvre (fabrication, chauffage, etc.) : les procédés utilisés dans l’entreprise peuvent être revus afin d’isoler davantage les travailleurs exposés. L’entreprise peut opter pour des choix judicieux (matériaux, etc.), en fonction des caractéristiques des bâtiments et de leur isolation thermique.
- Mettre en place un système de climatisation.
- Identifier les sources internes de chaleur et capter à la source les émissions d’air chaud ou de vapeur (encoffrement ventilé des équipements, etc.). Éliminer l'exposition à la chaleur émise par des surfaces chaudes (calorifuger les surfaces ; utiliser des écrans ou des revêtements réfléchissants, des dispositifs de commande à distance, etc.)
- Isoler les parties chaudes des machines (encoffrement), éliminer systématiquement les fuites de vapeur d'eau, respecter la réglementation en matière d’aération et de ventilation.
- Climatiser les véhicules utilisés par les salariés lorsqu’ils se déplacent fréquemment.
- Consulter les représentants du personnel voire l’ensemble des travailleurs exposés, pour organiser le travail et mettre en place les mesures de prévention adaptées. L’organisation du travail et les tâches confiées
- Limiter le travail en zone chaude et vérifier quotidiennement les prévisions et conditions météorologiques (température, alerte canicule, etc.).
- Prévoir un local ou aménager des aires de repos ombragées ou climatisées.- Permettre une réhydratation avec prise de sel : mettre à disposition, notamment sur les lieux de pauses, des boissons fraiches (non alcoolisées : l’alcool multiplie les risques), des sources d’eau potable réfrigérée (10-15°C) à proximité des postes de travail, et du sel. Proposer de boire un verre d'eau au moins toutes les 20 minutes.
- Favoriser une bonne hygiène alimentaire (pas de boisson alcoolisée, repas légers et fractionnés, etc.).
- Privilégier le travail d’équipe, éviter le travail isolé (permettant une surveillance mutuelle des salariés en cas de problème).
- Mettre en place des aides à la manutention manuelle afin de réduire l’effort physique de travail (outils, machines automatisées, etc.).
- Mécaniser et automatiser (machines, outils, etc.) les tâches afin de réduire les efforts physiques et ainsi diminuer la production de chaleur du corps.
- Arrêter les équipements de bureau et autres sources de chaleur peu utilisés (imprimantes, photocopieurs, lampes).
- Adapter les horaires et les rythmes de travail pour réduire les efforts physiques et la transpiration excessive. Limiter si possible le temps d’exposition du salarié ou effectuer une rotation des tâches. Aménager les horaires de travail durant les heures les moins chaudes de la journée.
- Fractionner l’exposition à la chaleur et prévoir régulièrement des moments de pauses pour permettre le rafraichissement du salarié (en cas d’exposition à des températures très élevées, prévoir un temps de récupération supplémentaire).
- Prendre en compte la période d’acclimatement nécessaire, (sept jours au moins d’exposition régulière) pour planifier et répartir la charge de travail des travailleurs. Considérer également la situation individuelle des salariés (obésité, maladie chronique, femme enceinte, etc.).
- Permettre au salarié d’adopter son propre rythme de travail pour réduire la contrainte thermique.- Mettre en place un système de communication et de contrôle des équipes travaillant en environnement chaud.
- Établir une procédure d'urgence en cas de problèmes (malaises, déshydratation, etc.) liés à l'exposition à la chaleur.
- Consulter les représentants du personnel voire l’ensemble des travailleurs exposés, pour organiser le travail et mettre en place les mesures de prévention adaptées.

L’équipement de travail en prévention de la chaleur au travail :
- Adapter les tenues vestimentaires : opter pour des vêtements amples, légers et non ajustés, en fibres naturelles, de couleur claire, et éventuellement anti-thermiques, favorisant l'évaporation de la sueur. Avant l’exposition à des conditions extrêmes, revêtir une veste de refroidissement ou une combinaison de protection.
- Protéger la tête du soleil : prévoir un couvre-tête en cas d'exposition prolongée.
- Vérifier que le port des équipements de travail (protections individuelles) est compatible avec la température élevée et la tâche à effectuer. 

Informer, prévenir sur les risques liés à la chaleur et les comportements des travailleurs :
- Inciter à boire régulièrement de l’eau fraîche, même si aucune sensation de soif n’est ressentie (un verre d’eau toutes les 15-20 minutes)
- Permettre d’adapter un rythme de travail en fonction de la tolérance individuelle à la chaleur.
- Mettre à disposition des aides mécaniques à la manutention (chariot, élévateurs, etc.).
- Cesser immédiatement toute activité, dès que des symptômes de malaise se font sentir et le signaler (encadrement, médecin du travail…).
- Éviter les boissons alcoolisées et les repas trop copieux, limiter la consommation de tabac
- Rester vigilant pour soi et ses collègues (notamment lors des situations de travail particulières, dans un local fermé, travail sur des surfaces réfléchissantes, etc.)
- Rester vigilant en cas de problème de santé et/ou de prise de médicaments (tranquillisants, sédatifs, diurétiques, etc.)
- Informer les salariés des risques liés à la chaleur (acclimatement, coup de chaleur, hyperthermie, etc.) et des mesures de premiers secours.
- Rappeler la possibilité d’invoquer le droit de retrait, en cas de situation de danger considéré comme « grave et imminent ».
- Former et entraîner les salariés aux premiers secours et aux premiers soins adaptés aux troubles occasionnés par la chaleur (informer sur les numéros d'urgence, les gestes à effectuer, etc.)
- Respecter les recommandations du plan canicule de l’année en cours, en cas de fortes chaleurs : ce plan d’actions notamment destiné aux employeurs et travailleurs, propose des mesures de prévention.

En savoir plus : Recommandations sanitaires Plan national canicule 2015

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Mercredi, 17 Juin 2009 00:00
Mis à jour le Samedi, 13 Juin 2015 14:00