En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Prévention et rythme de travail : prendre en compte les conditions de travail et les horaires de travail

Prévention rythme de travail : surveillance médicale et conditions de travail

Compte tenu des risques sur la santé, les entreprises pratiquant le travail posté et/ou de nuit doivent prendre en considération les conditions de travail de leurs salariés.
L’aménagement du temps de travail, adapté aux postes des salariés, permet de prévenir les risques sanitaires et professionnels.

 


Prévention et rythme de travail : les conditions de travail
 

L’entreprise doit prendre en compte les conditions de travail de manière à protéger au mieux les salariés : 

-  Aménager les lieux et postes de travail en fonction de l’alternance des équipes (dimensionnement suffisant des locaux en cas de recouvrement des équipes)
-   Mettre à disposition un local de repos
-  Mettre à disposition un local adapté pour la prise de repas chauds. Les salariés ayant la possibilité de se restaurer sur place avec des repas chauds aux heures habituelles peuvent davantage équilibrer leurs régimes alimentaires et prévenir les troubles digestifs apparentés aux horaires atypiques. 
-   Aménager les postes de travail de façon spécifique :
Le poste de travail peut respecter certaines règles ergonomiques afin de faciliter le travail posté ou de nuit (éclairage particulier, fauteuil, etc.). Améliorer les règles de sécurité et les dispositifs (éclairage facilitant la lecture des modes d’emploi et fiches d’instructions pour une ligne de production, etc.) est important. Pour des travaux de nuit, préférer des tâches physiques qui sont mieux supportées que des tâches intellectuelles.

- Proposer éventuellement des modes de transport, organisés par l’entreprise, en restant vigilant sur les conditions à réunir pour optimiser la sécurité routière (éviter qu’un travailleur cumule temps de travail et temps de conduite d’un véhicule de transport collectif).

Prévention et rythme de travail : le temps de travail

L’entreprise doit proposer unaménagement du temps de travail adapté aux horaires atypiques des travailleurs :

- Préférer les rotations à vitesse rapide (tous les 2 – 3 jours) à des permutations longues (tous les 7 – 14 jours)
- Préférer les rotations dans le sens horaire (matin, après-midi, nuit)
- Eviter le début trop matinal du poste du matin
- Prévoir 11 heures d’intervalle minimum entre les postes
- Prévoir le travail par poste de 10-12 heures seulement lorsque la contrainte est légère
- Insérer des pauses appropriées pour le repas et le repos
- Associer les salariés de l’entreprise aux discussions sur les modalités des horaires : notamment les heures de prise de poste, les rythmes et sens de rotation, l’amplitude des journées de travail et le temps de récupération
- S’assurer de l’acceptation des horaires par le salarié et avoir le souci de considérer la tolérance de ces rythmes par l’entourage familial
- Proposer des périodes de repos supplémentaires.


Prévention et rythme de travail : la gestion des emplois

L’entreprise doit mettre en place des mesures pour : 

-   Favoriser les évolutions de carrière à partir d’une certaine ancienneté dans un emploi posté
-   Mettre en place un dispositif de gestion anticipée des emplois et de formation « ad hoc » permettant la mobilité du travailleur entre différents types d’horaires
-   Organiser et porter à la connaissance des travailleurs postés les procédures à suivre pour une demande de sortie du travail posté
-   Organiser les conditions dans lesquelles la salariée en état de grossesse est informée et peut bénéficier d’un changement temporaire d’affectation dans les conditions prévues aux articles L. 1225-9 et suivants du Code du travail
-  Organiser et porter à la connaissance des travailleurs de nuit les procédures à suivre pour une demande de sortie du travail de nuit,
- Organiser les conditions dans lesquelles les travailleurs peuvent aussi bénéficier des services de l’entreprise accessibles en journée (service RH, service de santé au travail, action sociale…). Ils doivent pouvoir également accéder à l’offre de formation professionnelle, aux équipements et locaux sociaux (vestiaires, douches, etc.) ainsi qu’aux fonctions de représentants du personnel.
 

Prévention et rythme de travail : le suivi des salariés ayant des horaires atypiques  

L’entreprise doit aussi effectuer un suivi de l’aménagement du temps de travail de ses salariés ayant des horaires atypiques. Pour cela, elle peut :
- Surveiller régulièrement les taux de fréquence, de gravité des accidents de travail y compris les accidents de trajet, les demandes de reconnaissance de maladies professionnelles, le taux d’absentéisme
-  Le
nombre de changements d’horaire non programmés en cours de cycle (remplacement d’un collègue absent dans une autre équipe, fabrication urgente …)
- Assurer le suivi médical systématique des travailleurs concernés
- Evaluer régulièrement la santé, perçue tant au niveau physique que psychologique (le taux d’absentéisme est aussi un des indicateurs à consulter, dans les entreprises où coexistent des horaires atypiques et des horaires classiques),
- Sensibiliser les salariés par des campagnes d’information à la nécessité de conserver une hygiène de vie tant sur le plan du sommeil, que sur le plan de l’alimentation,
- Faciliter la mobilité d’un type d’horaire à l’autre en prenant en compte l’évolution de l’âge, la situation familiale, les contraintes financières, la santé des salariés.

Surveillance médicale

L’Arrêté du 11/07/1977
indique que le travail en équipe alternante (postée) effectuée de nuit ou en partie est soumis à une surveillance médicale renforcée. 

Quelques points :
- Tout travailleur de nuit bénéficie d'une surveillance médicale particulière avant son affectation à un poste de travail de nuit, puis au moins tous les six mois (art. R. 213-6). Une visite médicale peut également avoir lieu à sa demande. Lors de la visite préalable et des visites périodiques, le médecin du travail examine le salarié.

La Société Française de Médecine du Travail (SFMT) a élaboré une série de recommandations de bonne pratique visant l’amélioration et l’harmonisation de la surveillance des travailleurs postés et de nuit. Ces recommandations bénéficient, depuis le 24 mai 2012, du label de la HAS.

Téléchargez, sur le site de la SFMT:
- L'argumentaire scientifique
- Le texte court
- La fiche de synthèse.
- La brochure d'information pour les salariés

 

 

 

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Samedi, 10 Janvier 2009 00:00
Mis à jour le Lundi, 29 Décembre 2014 19:41