En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

L'impact des rythmes de travail sur la santé des salariés

Rythme de travail, stress, fatigue: risques sur la santé

Les différents rythmes de travail ont des conséquences sur les rythmes biologiques de l’organisme humain et donc sur la santé des salariés.


Rythmes circadiens et fonctions physiologiques 
 

Un grand nombre de fonctions physiologiques de l'homme suivent un rythme quotidien de 24 heures. Ce sont les rythmes circadiens. Le sommeil, le réveil, la digestion, la sécrétion d'adrénaline, la température corporelle, la pression sanguine, le pouls et nombre d'autres aspects des fonctions et du comportement sont régis par ce cycle de 24 heures. Ces processus rythmiques sont coordonnés de manière que l'activité soit maximale dans la journée et minimale pendant la nuit.

Le travail en horaires décalés conduit à une désynchronisation des rythmes circadiens, source de perturbations hormonales et métaboliques qui peuvent expliquer au moins en partie les troubles cliniques.

Les principaux effets du travail posté sur la santé des salariés
 

- Des troubles du sommeil et la fatigue : le sommeil est la première fonction perturbée par le travail posté. Il existe une réduction de la durée de sommeil chez les salariés occupant les postes du matin et de nuit, du fait d’un lever très précoce et de dormir aux heures habituelles d’éveil. Cela a pour conséquence une diminution de la vigilance, des performances cognitives et physiques au cours de la journée. La persistance de ces troubles du sommeil aboutit à un tableau d’épuisement.  
- Des troubles gastro-intestinaux et digestifs : ils sont liés au décalage des horaires des repas et à des négligences nutritionnelles (grignotage, casse-croûte riche en lipides, etc.)
- Des déséquilibres métaboliques et endocriniens suite au dérèglement chrono-biologique
- Des risques cardio-vasculaires (hypertension artérielle, surpoids) plus élevé générés par le stress.
Au-delà des effets sur la santé, le travail posté à des conséquences sur la vie sociale et familiale des salariés.
 

Le travail en "trois huit" augmenterait non seulement le risque de présenter un syndrome métabolique - et donc celui de maladies cardiovasculaires - mais également le risque de développer une résistance à l’insuline.

Une équipe de l’Inserm vient de montrer que ce rythme de travail pourrait avoir un retentissement sur la sécrétion de l’insuline par le pancréas, hormone régulatrice du métabolisme glucidique. Ces travailleurs postés ont en effet un risque plus élevé de présenter une hypersécrétion de l’insuline et une baisse de sensibilité à l’insuline : un stade intermédiaire de prédiabète. Ces travaux sont parus dans Chronobiology International.

Y. Esquirol et coll. Shiftwork and Higher Pancreatic Secretion : Early Detection of an Intermediate State of Insulin Resistance ? Chronobiology International, édition en ligne, septembre 2012.

 
 

Les principaux effets du travail de nuit sur la santé des travailleurs

- Des troubles du sommeil et une fatigue chronique : ce sont les symptômes les plus fréquemment rapportés par les travailleurs de nuit. Il en découle un manque de vigilance qui augmente le risque d'accident au travail ainsi que sur le chemin de retour du travail,
- Une consommation plus élevée de médicaments, pour faciliter le sommeil ou à l’inverse rester éveillé,
- Des troubles digestifs et déséquilibre nutritionnel avec comme effets d’éventuels problèmes de surpoids : ils sont rapportés chez 20 à 75% des travailleurs de nuit. Ils sont d'ailleurs estimés être la cause d'abandon du travail de nuit chez 30% des travailleurs. (Conne-Perréard E, et al. Effets de conditions de travail défavorables sur la santé des travailleurs et leurs conséquences économiques. Décembre 2001).
-   Des  troubles de l’humeur, irritabilité,
-   Des risques cardiovasculaires accrus (surpoids, hypertension artérielle),
-   Certaines études évoquent une probabilité plus élevée de cancers, notamment du sein et colorectal et chez les femmes enceintes, un risque plus élevé de prématurité et fausses couches.

En 2007, Le Centre International de Recherche sur le Cancer (IARC/CIRC) a ajouté le travail de nuit posté à la liste des agents « probablement cancérogènes » (groupe 2A).
(Carcinogenicity of Shift-work, Painting and Fire-fighting. The Lancet Oncology, décembre 2007, 8 : 1065-1066) 
 

Le travail de nuit augmente le risque de cancer du sein de 30% chez les femmes, montre une étude française menée auprès de 3.000 femmes par des chercheurs de l’Inserm et dont les résultats sont publiés dans l’International Journal of Cancer.

L’augmentation du risque est particulièrement marquée chez les femmes qui ont travaillé de nuit plus de 4 ans ou celles qui ont souvent alterné le rythme de jour et de nuit, avec moins de 3 nuits travaillées par semaine..

 

Comme pour le travail posté, le travail de nuit a des répercussions sur les conditions de travail et la vie sociale et familiale. Les salariés de nuit sont davantage exposés à des pénibilités physiques ou soumis à des situations d’isolement. On note aussi des déroulements de carrière et l’accès aux formations moins aisés.
L'articulation entre travail et vie personnelle est rendue plus difficile en raison de la discordance entre ces horaires et les moments de disponibilité requis pour partager ses activités hors travail avec la famille et les amis.
 
Les entreprises et les organisations du travail instaurées, doivent prendre en compte les rythmes biologiques de l'homme au travail, notamment pour des activités professionnelles potentiellement dangereuses.
 
 

 

Écrit par Docteur Vincent Bonniol
Créé le Samedi, 10 Janvier 2009 00:00
Mis à jour le Vendredi, 09 Janvier 2015 09:32
 
 
Evaluer
EVALUER
Les rythmes de travail chez vous ?
Cliquez ici
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Mieux gérer le travail de nuit
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.