En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus.J'accepte
Travailler Santé
 
Humanis

Mesurer la pression artérielle et valeurs de la tension

La valeur de la pression artérielle est due à plusieurs facteurs : le ventricule gauche du cœur, qui envoie le sang de façon plus ou moins forte dans les artères, la paroi des artères, qui est plus ou moins élastique, et le volume sanguin. Les mesures s'expriment en centimètre ou en millimètre de mercure (Hg), ce qui correspond à la puissance à laquelle la circulation sanguine, dans une artère, peut pousser une colonne de mercure dans le tube d’un manomètre. 


Mesurer le pression artérielle sur la base de deux valeurs

Quand le médecin mesure la tension d’un patient, il donne deux valeurs : la valeur de la tension la plus élevée correspond à la pression systolique artérielle, celle qui est créée par l’envoi du sang par le cœur, lors de la contraction du cœur (la systole), il ne doit pas dépasser 14 ; la plus petite valeur de la tension reflète la pression diastolique, c’est-à-dire, la pression des artères quand le cœur est dans sa phase de relâchement, entre deux battements (la diastole), ce chiffre doit être inférieur à 9. Mesurer la pression artérielle permet de déterminer comment agir par la suite en fonction des valeurs données.


Dans l’idéal, la tension artérielle "normale" doit être inférieure à 14/9

 
Une tension est considérée comme normale, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), si la pression artérielle systolique est inférieure à 14 centimètres de mercure et si la pression artérielle diastolique est inférieure à 9 centimètres de mercure. Quand tout est normal, la tension artérielle, chez l’adulte, doit donc être inférieure à 14/9. Il existe pourtant des cas particuliers :
  • Pour les sujets diabétiques, la valeur de pression artérielle à partir de laquelle est définie une hypertension artérielle est de 13/8 cmHg (12,5/7,5 cmHg pour les patients souffrant d’une insuffisance rénale),
  • Pour les sujets de plus de 60 ans, le chiffre de 15/9 cmHg est toléré, en sachant qu’une pression artérielle de 14/9 cmHg est idéale. 
Pour qu'on puisse parler d'hypertension artérielle, il faut que les valeurs de la tension soient supérieures à la normale après trois mesures, non successives, prises à des moments différents. Il est en effet nécessaire d’éviter que des facteurs externes ne viennent influencer le résultat et le fausser, car la qualité du repas, l'exercice physique effectué avant l'examen, ou l'anxiété du patient au cours de la consultation peuvent avoir une incidence sur la mesure de la pression artérielle.
 
La pression artérielle varie au cours de la journée. Elle diminue pendant le sommeil et peut atteindre des niveaux élevés en cas d’exercices physiques soutenus, en cas de variations climatiques intenses, ou après un choc émotionnel. La pression artérielle doit être mesurée en position assise ou allongée, après 5 à 10 minutes de repos.
 
Le médecin recommande le plus souvent de mesurer la tension artérielle apr "automesure", pratiquée à domicile avec un tensiomètre validé, en vue d’aider au diagnostic de l’hypertension. L’automesure permet au médecin et au malade de s’assurer que le traitement entrepris est efficace. Cette mesure permet aussi au sujet hypertendu de mieux maîtriser sa maladie.
 
 
 
Écrit par ISTNF
Créé le Dimanche, 02 Octobre 2011 16:16
Mis à jour le Dimanche, 12 Août 2012 07:27
 
 
Passer à l'action
PASSER A L'ACTION
Des fiches conseils pour vos salariés ...
Cliquez ici

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.